No reason to stay is a good reason to go

Depuis un petit temps, j’avais très envie de faire des articles plus personnels, où je me livre davantage à vous, où je vous parle comme je le ferais avec une copine. Une sorte de billet d’humeur au travers d’un article un peu plus blabla sur mon blog. J’aime toujours autant vous faire des articles avec des looks mais il est difficile pour vous de vous imaginer la personne qui se trouve derrière et d’effacer cette « distance » entre vous et moi. Je ressens ce besoin de me confier et de partager plus de choses avec vous. A tord? je ne sais pas mais si l’envie y est alors je fonce.

Comme vous le savez peut être, j’ai eu 25 ans il y a 15 jours. Ca m’a fait assez bizarre et en même temps j’ai fait le point sur beaucoup de choses. J’ai fait un grand tri dans ma vie, désormais j’ai envie de ne m’entourer que de gens positifs et bienveillants. Dis comme ça, ça peut paraître bateau mais certaines personnes peuvent avoir l’effet d’un poison dans votre vie et une fois qu’on s’en éloigne, on se sent libérée. J’avais besoin de me retrouver et de savoir ce dont j’avais vraiment envie et ce dont je n’avais plus envie. Un espèce de retour à l’essentiel, comme un grand nettoyage de printemps dans ma tête et dans ma vie.

J’ai toujours été très impulsive et cela m’a souvent porté préjudice. Avec moi, il n’y a pas de demi-mesure, ça bouillonne dans ma tête et j’ai souvent du mal à me tempérer, moi et mes idées. Peut être par peur de ne plus pouvoir contrôler les choses. Et pourtant, aujourd’hui, j’apprends à lâcher prise, à me libérer de tous ces démons qui me torturaient l’esprit le soir quand j’allais dormir. Je me sens enfin libre et non enfermée dans une cage que l’on refuse de m’ouvrir.

Depuis quelques mois, je ne trouve plus vraiment ma place ici. Je ressens ce besoin de partir, de découvrir de nouvelles choses. De toute façon, je ne me suis jamais vue vivre ici toute ma vie. En Belgique, on a pas vraiment à se plaindre, ce n’est pas ça que je veux dire mais je sens que ma vie est ailleurs. A 25 ans, je me dis qu’il est temps que je vive mes rêves et que je mette toutes les chances de mon côté pour faire les choses que j’ai toujours voulu faire.

Je crois que Barcelone fait partie des villes où je pourrais vivre, je m’y sens bien, les gens sont peace et j’ai eu un réel coup de coeur pour cette ville. Je sais que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, il n’est d’ailleurs pas évident d’y trouver un boulot mais si l’occasion se présente, je ne voudrais pas la laisser passer. Je suis persuadée que la vie n’est pas quelque chose de linéaire, d’immuable. Je suis plutôt convaincue qu’elle peut toujours nous surprendre et nous emmener là où on ne s’y attend pas. En fait, c’est un peu comme si on avait plusieurs vies en une seule.

 

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *